Biographie de Stendhal - Studyrama

Rodrigo Montero | Download | HTML Embed
  • Feb 7, 2010
  • Views: 23
  • Page(s): 6
  • Size: 465.32 kB
  • Report

Share

Transcript

1 Fiche Cours N : 91029 FRANAIS Toutes sries LE TALENT CEST DAVOIR ENVIE Biographie de Stendhal Plan de la fiche 1. Lenfance et ladolescence Grenoble, 1783-1799 2. Projets, hsitations et russite, 1799-1814 3. LItalie, 1814-1821 4. Stendhal romantique, 1821-1826 5. Les dbuts de Stendhal romancier, Armance et Le Rouge et le Noir 1826-1830 6. Stendhal consul, 1830-1836 7. Finir son uvre et sa vie, 1836-1842 Lenfance et ladolescence Grenoble, 1783-1799 Stendhal nat dans la prfecture du Dauphin le 23 janvier 1783, de son vrai nom Marie-Henri Beyle, fils de Chrubin Joseph Beyle, avocat au Parlement, et de Caroline Adlade Henriette Gagnon. Un an avant, un autre Marie-Henri Beyle tait n dans la famille Beyle, mais navait pas survcu sa naissance. Le premier vnement qui marque Stendhal, ou du moins sa naissance, est donc une mort, celle dun homonyme, un frre quil na jamais connu. En 1786 nat Pauline et en 1788 Znade, les deux surs cadettes de Henri, dont la premire restera sa proche confidente durant toute sa vie. Le 23 novembre 1790, alors que Henri a sept ans, survient le second vnement fondateur de lenfance de Stendhal, dont la porte dpasse largement le cadre de lenfance: la mort de sa mre Henriette Gagnon, lors de sa sixime grossesse, srement cause dune erreur mdicale. Stendhal en conoit un immense dsespoir, qui nest en rien calm par un prche de labb Rey proche de la famille qui proclame pour le consoler: Mon ami, ceci vient de Dieu. De cet important traumatisme, Stendhal gardera une profonde blessure et une grande hostilit envers la religion et ses fausses consolations. Le 23 novembre 1835, soit exactement cinquante-cinq ans plus tard, Stendhal commence la rdaction de La Vie de Henri Brulard, tmoignant symboliquement des rpercussions de cet vnement. La mmoire de cette mort tragique peut aussi permettre de mieux comprendre les mres substitutives que recherchent les deux grands hros stendhaliens, Madame de Rnal pour Julien Sorel et Gina Pietranera pour Fabrice del Dongo. A Grenoble, la vie de Stendhal est trs vite marque par la rvolte et la rbellion, envers les autorits familiales essentiellement son pre , envers les autorits religieuses, notamment ses prcepteurs, et envers les autorits politiques monarchiques. Comme on peut le voir dans les premiers chapitres de La Vie de Henri Brulard, Stendhal rejette toutes les formes dautorit qui lui semblent une entrave la libert et la pense, et quil nomme tyrannie. Ainsi, il gardera un souvenir particulirement prouvant de son prcepteur labb Raillane, et des vingt mois quil passera sous sa coupe, souvenir qui se retrouve dans lpisode du sminaire dans Le Rouge et le Noir, o Julien, prcepteur modle, rencontre des sminaristes troits, borns, et qui ne cessent de sincliner devant toutes les formes dautorit quils rencontrent. Trs tt, Stendhal rejette donc une ducation qui ne lui semble quune forme volue de dressage, o la frquentation des autres enfants jugs trop vulgaires lui est interdite, o seuls quelques livres bien pensants sont autoriss, et o Dieu nest quun prtexte pour masquer lignorance ou la rvrence devant lopinion commune. A linverse de ce ple oppressif et paternel, Stendhal se plat frquenter ce quon peut appeler le ple Gagnon de sa famille, qui est le ct de la mre. Le grand-pre de Stendhal, qui possde une grande demeure avec une vue superbe sur les montagnes, contraste en effet avec la laideur et la salet que Stendhal associe sans cesse Grenoble et ses habitants. Ce grand-pre, Henri Gagnon, clbre mdecin, ainsi que loncle de Stendhal, Romain Gagnon, avocat comme le pre ha, seront les points dappui du jeune Henri. Cest chez loncle Romain, aux Echelles, que Stendhal connatra ses premiers bonheurs de lecteur, travers la dcouverte du Roland furieux de lArioste et de la Jrusalem dlivre du Tasse, deux popes italiennes qui ne cesseront dtre des rfrences jusqu sa mort. Cest ce ct Gagnon que Stendhal associe encore sa capacit aimer, comme en tmoigne son amour platonique pour lactrice Virginie Kubly, partir de novembre 1797. Il ira jusqu sinventer des origines italiennes partir de la famille de ce grand- pre, n Avignon, pays do venaient les oranges selon La Vie de Henri Brulard. Un des points de rupture particulirement sensible avec le pre est la politique. Dans La Vie de Henri Brulard, Stendhal relit ainsi son enfance comme le combat dun enfant rpublicain contre son pre, royaliste modr. La mort de Louis XVI, le 28 janvier 1793, dclenche par exemple chez lenfant une joie qui contraste nettement avec la tristesse familiale; Stendhal dclare dailleurs dans La Vie de Henri Brular au sujet de cet vnement:Je fus saisi dun des plus vifs mouvements de joie que jaie prouvs en ma vie. Lorsque son pre va en prison cause de ses opinions largement antirpublicaines, Stendhal nest pas tendre envers lui et se place toujours du ct du peuple, vu comme une entit responsable et progressiste. Toute sa vie, Stendhal gardera une grande attention pour la politique laquelle il devra dailleurs une part de sa gloire et de ses checs. Il conservera aussi cette inclination pour le peuple considr abstraitement, lui qui cependant ne supporte pas la masse indistincte de ce peuple quil considre comme non duqu et dirig seulement par ses instincts. La haine de la province et de la bourgeoisie grenobloise qui, comme les habitants de Verrires dans Le Rouge et le Noir, ne recherche En partenariat avec : Tous droits rservs Studyrama 2010 Fiche tlcharge sur www.studyrama.com 1

2 Fiche Cours N : 91029 FRANAIS Toutes sries LE TALENT CEST DAVOIR ENVIE que ce qui rapporte du revenu, ses opinions rpublicaines et sa fascination pour la chose militaire, ainsi que sa volont de sloigner de son pre, vont amener Stendhal quitter sa ville natale et gagner Paris quil pare de tous ses fantasmes. Comment russit-il sextraire de Grenoble? Grce son grand-pre qui a t nomm au jury central dinstruction publique de lIsre et peut faire admettre Henri lEcole centrale de Grenoble en 1796. Il y tudie les sciences, et notamment les mathmatiques o il se distinguera, ainsi que la littrature, la logique et la grammaire. Pour ladolescent quest alors Henri Beyle, la frquentation de personnes de son ge et, pour certaines, dune sensibilit proche de la sienne, est une nouveaut apprciable. Aprs des dbuts difficiles, il parvient ainsi se faire accepter de ses camarades ainsi que de ses professeurs et obtient la troisime anne deux premiers prix; il se lie damiti avec Louis Crozet et Romain Colomb, deux amis dont il restera proche jusqu sa mort. En 1799, il russit lexamen final qui est synonyme de dlivrance: il peut partir Paris pour sinscrire lEcole polytechnique rcemment cre. Aprs des adieux rapides qui voient un fils dsireux de sen aller le plus vite possible saluer un pre en pleurs, Stendhal, tout ses espoirs de russite et savourant sa nouvelle indpendance, prend la route de Paris, pendant que Bonaparte ralise son coup dtat du 18 brumaire, soit le 9 novembre 1799. Projets, hsitations et russite, 1799-1814 A Paris, la premire dcision de Stendhal est dabandonner lEcole polytechnique; cet abandon ne correspond cependant aucun projet prcis: Stendhal reste oisif, regrettant Grenoble et les montagnes qui lenvironnent, se sentant confin dans cette grande ville dont il a tant rv et qui le doit. Il frquente ses cousins, les Daru, qui sont de grands bourgeois dj installs dans la machine administrative napolonienne, et qui tiennent un salon o Stendhal fait preuve surtout dune grande timidit. Grce laide de ces cousins, il devient en fvrier 1800 fonctionnaire au ministre de la Guerre, travail dans lequel il nexcelle pas vraiment. Ici se place lpisode du cela orthographi cella, que Stendhal utilisera dans Le Rouge et le Noir en attribuant la faute que lui-mme a commise son personnage Julien. Fatigu de cet emploi de fonctionnaire, il dcide de partir pour la guerre et, le 7 mai, il part rejoindre larme, en passant par Genve o il se recueille sur les traces de Jean-Jacques Rousseau. Il traverse le col du Saint-Bernard dans des conditions difficiles puis parvient en Italie. De cette priode il garde un souvenir mu quil caractrise ainsi dans La Vie de Henri Brulard: Jtais absolument ivre, fou de bonheur et de joie. Ici commence une priode denthousiasme et de bonheur parfait. En juin, il est Milan et fait la connaissance dAngela Pietragrua dont il tombe amoureux. Cest elle qui servira de modle principal au personnage de la Sanseverina dans La Chartreuse de Parme. Enfin, il devient militaire, affect au sixime rgiment de dragons en octobre 1800, fonction quil quittera assez vite malgr les admonestations des Daru, et dont il dmissionnera dfinitivement en juillet 1802, oubliant alors ou enterrant pour un temps ses rves dune flamboyante carrire militaire, clturant une priode de bonheur fou, o les rves du jeune Henri Beyle accdent la ralit et o il ralise une partie des rves quil attribuera son hros Julien Sorel. En 1802, il est de retour Paris o il tombe amoureux de Victorine Mounier, dun amour encore bien platonique mais qui durera trois ans. Il se partage entre cet amour, ses ambitions littraires et notamment dramatiques cest en 1804 quil forme le projet de Letellier, pice laquelle il travaillera pendant quelque trente ans et son ambition personnelle dont il ne sait exactement quelle forme elle doit revtir. Cependant, aprs un autre amour qui se concrtise pour une comdienne, Mlanie Guibert, avec qui il vit en 1805, et un projet avort de devenir banquier Marseille, Stendhal se dcide pour une carrire prestigieuse: il veut devenir auditeur au Conseil dEtat, nouvelle fonction cre par Napolon et tremplin pour les hautes fonctions de lEtat. Grce laide toujours bienvenue de ses cousins Daru, Stendhal est ainsi enrl pour la campagne en Allemagne en octobre 1806 comme adjoint aux commissaires des guerres. Il reste deux ans Brunswick, faisant fonction dintendant puis nomm intendant en novembre 1808. A ce long sjour en Allemagne correspond la dcouverte des compositeurs autrichiens, et notamment de Mozart, ainsi quune vie mondaine assez brillante malgr le caractre souvent fastidieux du travail. Enfin, le 15 fvrier 1810, Stendhal ralise son ambition. Il est nomm auditeur au Conseil dEtat et devient fonctionnaire de ladministration napolonienne, comme son personnage Julien Sorel devenu Julien de la Vernaye et amant de Mathilde de la Mole ralisera la sienne, avant le coup de thtre de la fin du Rouge et le Noir. Pendant deux ans, il va rester Paris, puis voyager Milan en aot 1811, date laquelle on peut situer le vritable commencement de son amour pour cette ville, qui lentranera faire rdiger pour son pitaphe: Stendhal, milanese.Il renoue intimement avec Angela Pietragrua durant sa visite de lItalie qui lamne Rome, Naples, Florence, Pompi ou Ancne. Pendant ces annes, il continue aussi rdiger son Journal quil a commenc en 1804; pourtant, tous ses projets littraires sont oublis, part un ouvrage sur la peinture en Italie qui prendra forme en 1816. Seule lambition et la carrire dauditeur semblent compter alors pour le jeune fonctionnaire de Napolon quest Stendhal. Aprs son retour dItalie, il part en Russie en juillet 1812 pour porter Napolon le portefeuille du Conseil dEtat. Il tombe en plein dans la retraite de Russie, contemple lincendie de Moscou, fait lexprience de la privation de nourriture, du froid, mais russit mener bien sa mission et plusieurs autres missions de ravitaillement des troupes, ce qui lui vaut une audience avec Napolon Paris en 1813, audience que Stendhal a raconte maintes fois, nhsitant pas en amplifier limportance et romancer les faits.Tous ces vnements de Russie, que Stendhal raconte notamment dans son Histoire de Napolon inacheve, sont fondateurs pour lauteur de La Chartreuse de Parme qui sen souvient srement lorsquil raconte la retraite de Fabrice del Dongo, Waterloo cette fois, adoptant le regard de son personnage dautant plus facilement peut-tre quil a lui-mme vcu une retraite, et pas des moindres, et quil est bien plac pour dcrire les faiblesses humaines qui prvalent alors, loin des figures traditionnelles de lhrosme militaire. A ce moment o les ambitions de Stendhal semblent en passe dtre assouvies, la chute de Napolon va marquer un coup darrt En partenariat avec : Tous droits rservs Studyrama 2010 Fiche tlcharge sur www.studyrama.com 2

3 Fiche Cours N : 91029 FRANAIS Toutes sries LE TALENT CEST DAVOIR ENVIE la carrire de lauditeur esprant une prfecture. En janvier 1814, Stendhal est Grenoble, quil essaye de dfendre, puis doit accepter avec la fin de lEmpire la perte de son poste et de ses avantages financiers et honorifiques, ainsi que la ruine de ses espoirs.Lambition de Stendhal, brise par lexil de Napolon, connat donc le sort que connatra lambition de Julien Sorel, brise quant elle par une lettre de Madame de Rnal au marquis de la Mole. On peut se demander si un tel anantissement des ambitions de Stendhal nest pas une condition de son panouissement comme auteur, de mme que le coup darrt lambition de Julien dans Le Rouge et le Noir semble une condition ncessaire son bonheur avec Madame de Rnal avant son excution. Cest dailleurs de 1814 que date le premier ouvrage crit par Stendhal, quil signe alors du pseudonyme dAlexandre Csar Bombet, intitul Vies de Haydn, de Mozart et de Mtastase, tmoignant de lintrt de lauteur pour la musique allemande et notamment celle de Mozart. Cet ouvrage est cependant, si lon peut dire, peine un ouvrage de Stendhal, puisquil nest quune traduction remanie dun ouvrage italien de Giuseppe Carpani sur Haydn et dune notice biographique sur Mozart rdige par C. Winckler. Le premier ouvrage de celui qui sappellera plus tard Stendhal est donc sign par un pseudonyme, et sappuie sur un support (ici largement plagi), deux caractristiques que lon retrouvera souvent chez notre auteur qui affirmait, parlant de ses emprunts, notamment Carpani : Si mes books [sic] arrivent 1880, qui songera au grain dor trouv dans la boue? LItalie, 1814-1821 En 1814, lascension de Stendhal se trouve donc stoppe net.Afin de se consoler de ses checs dambitieux, il part en Italie retrouver Angela Pietragrua qui, malheureusement, le rejette, et quil cessera dfinitivement de voir en 1816. Cependant, part quelques incursions Grenoble et Paris, il restera durant ces annes en Italie, essentiellement Milan qui reste sa ville de prdilection, mais aussi Rome, Naples, ou encore Venise et Bologne. Il na que peu de moyens du moins par rapport aux ambitions qui sont les siennes , savoir une rente viagre de 1600 francs, sa demi-solde de 900 francs ainsi quune rente paye par son pre, que Stendhal ne cesse daccuser de le laisser sans argent, de 3000 francs environ. La mort de son pre le 20 juin 1819 met dailleurs fin aux espoirs de Stendhal dun hritage consquent, puisque Chrubin Beyle, victime lui aussi davoir eu des ambitions quelque peu dmesures, laisse surtout des dettes son fils. Celui-ci, install Milan, recommence travailler son Histoire de la peinture en Italie, non quil espre en tirer profit mais quil entend par l conjurer le dsuvrement: Jcris pour me dsennuyer le matin, affirme-t-il ainsi cette poque; au contraire de Balzac par exemple, Stendhal refusera toujours dtre un crivain professionnel, mme si certains de ses ouvrages pourront lui apporter, contrairement aux ides reues, un revenu substantiel. Un contrat pour lHistoire de la peinture est conclu avec Didot et louvrage parat en 1817 sign Beyle. La mme anne, il fait paratre sous le nom de M. de Stendhal, officier de cavalerie Rome, Naples, Florence. Dans cet ouvrage, il voque ses souvenirs de voyage tout en puisant largement, selon son habitude, dans les livres de son temps et notamment dans LEdinburgh Review, revue cossaise o il fait la dcouverte des romantiques anglais et en particulier de Byron dont il fera la connaissance en octobre 1816. Dans le mme temps, il dcouvre les romantiques italiens avec qui il change des correspondances, dont il frquente les diffrents cercles o se discutent et schangent les ides du temps, les nouvelles thories littraires ou artistiques. Stendhal se forme donc aux ides intellectuelles de son temps, il acquiert une plus grande connaissance des courants littraires de son poque et de la littrature italienne, dfend le rle de Napolon civilisateur en Italie, approfondit ses tudes antrieures sur la peinture et apprcie la musique italienne, notamment celle de Rossini sur laquelle il crira en 1823. Pourtant, la grande proccupation de Stendhal reste lamour quil a dvelopp pour celle quil a toujours appele (phontiquement, pourrait-on dire, selon la prononciation italienne) Mtilde, qui sappelle en ralit Mathilde Dembrowsky. Stendhal connat avec elle un amour platonique qui lui inspire notamment De lamour, commenc la fin de 1819 et achev en 1822, texte dont Mtilde ne comprit mme pas quil lui tait destin tant les allusions de Stendhal taient cryptes! Dans cet essai, Stendhal explicite bon nombre de ses conceptions de la vie amoureuse, faisant alterner confessions dguises et anecdotes pioches au gr de ses lectures et de ses frquentations. Cest surtout la thorie de la cristallisation qui connatra une grande fortune auprs des lecteurs de De lamour. En 1821, Stendhal, qui a d faire face de nombreuses accusations de plagiat, en particulier de Carpani, sinquite aussi de la situation politique de lItalie, domine par lAutriche. Lui qui na cess de proclamer ses ides librales est en effet vu dun trs mauvais il par ladministration autrichienne qui sinquite des ides subversives en Italie. Suspect, surveill, Stendhal doit quitter Milan en mai 1821 et, aprs un passage au lac de Cme dont on retrouve des chos dans le chapitreVIII (livre premier) de La Chartreuse de Parme, il rentre Paris en juin 1821. A ce moment-l, Stendhal a presque 40 ans, il bnficie grce ses ouvrages dune petite notorit dans le monde littraire parisien, et il est en passe de natre vritablement comme auteur. Stendhal romantique, 1821-1826 Nanmoins, avant ce quon peut maintenant considrer comme les dbuts de Stendhal romancier, celui que lon connat le mieux actuellement, il est frappant de voir que Stendhal a aussi t un chef de file du mouvement romantique, non pas derrire Victor Hugo, mais ct, prnant avant 1830 une dfinition toute personnelle du romantisme, que lui nomme romanticisme dans En partenariat avec : Tous droits rservs Studyrama 2010 Fiche tlcharge sur www.studyrama.com 3

4 Fiche Cours N : 91029 FRANAIS Toutes sries LE TALENT CEST DAVOIR ENVIE Racine et Shakespeare, ayant ses fidles et ses dtracteurs. Ds 1821, il passe un mois Londres qui lui permet de nouer des contacts avec les journaux anglais et lamne en janvier 1822 collaborer avec la Paris Monthly Review, puis en octobre avec le New Monthly Magazine, revues mensuelles auxquelles Stendhal envoie des articles en franais qui sont ensuite traduits en anglais. De simples comptes-rendus de lecture, Stendhal passe rapidement des articles plus longs et plus ambitieux comme les vingt-neuf Sketches of Parisian Society Politics and Literature. Le succs de ces chroniques anglaises est assez important et permet la diffusion des ides stendhaliennes en France et en Angleterre. Paralllement, Stendhal frquente les salons la mode, comme ceux du gnral Lafayette, de Tracy, ou du baron Grard dans lequel il rencontre Delacroix, Balzac, et surtout Mrime qui deviendra son ami et le restera malgr de nombreuses frictions jusqu la mort de Stendhal. Peu peu, des intellectuels se rassemblent autour de Stendhal, notamment rue Chabanais chez Etienne Delcluze, formant un premier cercle romantique, proclamant des ides politiques fort diffrentes de celles des romantiques du temps, plutt royalistes et conservateurs. Selon les tmoignages, Stendhal, malgr une laideur quil ne cesse de regretter et qui le ronge vritablement, obtient un franc succs par ses ides brillantes, son sens de la rpartie, et son humour corrosif. En 1823, il publie Racine et Shakespeare, recueil de deux articles publis dans un journal anglais, qui vaut son auteur le surnom de hussard du romantisme, o il prsente une dfinition clbre: Le romanticisme est lart de prsenter aux peuples les uvres littraires qui, dans ltat actuel de leurs habitudes et de leurs croyances, sont susceptibles de leur donner le plus de plaisir possible. Le classicisme, au contraire, leur prsente la civilisation qui donnait le plus de plaisir possible leurs arrire-grands-pres. Dans son ouvrage, il dfend Shakespeare et une conception vivante de la littrature contre toute imitation strile de Racine. Avant la clbre prface de Cromwell de Victor Hugo, Stendhal a su donner une dfinition, certes restreinte au phnomne de la rception, de ce quest le romantisme. Il faut cependant reconnatre lcho limit dune telle dfinition et de Racine et Shakespeare sur les lettrs du dbut du XIXe sicle. Plus tard, Stendhal largira son champ dinvestigation lorsquen 1825 il crira un nouveau pamphlet intitul Nouveau Complot contre les industriels, dirig contre les saint-simoniens et contre lutilitarisme forcen qui prvaut chez les industriels. Il y tire une sonnette dalarme contre les gens qui pensent que le principe de lutilit peut justifier tous les excs. Enfin, il publie en 1823 une Vie de Rossini, profitant du passage de Rossini Paris; il y affirme son attachement pour le genre de lopra bouffe et en gnral pour la comdie, sans pouvoir retenir une certaine lassitude envers la musique de Rossini. Cest cette uvre qui lui vaudra de tenir une chronique musicale dans le Journal de Paris, reconnaissance implicite de sa comptence dans le domaine musical. A partir de 1825 cependant, et avec le Nouveau Complot contre les industriels, Stendhal voit son audience chuter; il essuie de plus un nouvel chec amoureux avec la Comtesse Curial (quil appelle Menti), dont il a t amant, mais dont il na su conserver les sentiments malgr des manuvres quil estimait savantes, et une stratgie quil attribue encore une fois Julien dans Le Rouge et le Noir, qui consiste sloigner pour ractiver lintrt de la personne aime. Malheureusement, une telle stratgie na jamais fonctionn, semble-t-il, autrement que dans le roman Pour Stendhal, son retour de Londres, force est de constater que Menti la dfinitivement abandonn. Les dbuts de Stendhal romancier, Armance et Le Rouge et le Noir 1826-1830 En 1826, Stendhal va devenir romancier, et tre un des premiers au XIXe sicle donner au roman franais ses lettres de noblesse. Depuis 1825 et la publication dun roman intitul Olivier par la duchesse de Duras, le thme du jeune homme en butte lamour et la socit est assez populaire, et nombre dOlivier voient le jour dans les annes suivant 1825. Stendhal profite de cette mode en reprenant lui aussi lide de la duchesse quil remanie entirement en janvier 1826. De janvier octobre il travaille ce premier roman quil choisit dintituler Armance, lui adjoignant le sous-titreQuelques scnes dun salon parisien en 1827 suivant les conseils de son diteur. Lorsque Armance parat en aot 1827, il reoit un cho assez ngatif et est bien vite oubli. Ce roman, clbre de nos jours aussi bien par son thme, limpuissance sexuelle du jeune hros Octave de Malivert, que par la lettre de Stendhal Mrime dvoilant ce thme, sera redcouvert bien aprs la mort de Stendhal et rdit de nombreuses reprises comme un premier jalon de lart romanesque de lauteur. Pendant ce temps, Stendhal, nouvellement install htel de Valois au 71 rue de Richelieu Paris, voyage en Italie et Milan do il est expuls; un rapport du directeur gnral de la police Milan note ainsi: Beyle est connu comme auteur de louvrage mal fam Rome, Naples et Florence () a eu linsolence de discourir de la plus condamnable faon contre le gouvernement autrichien () sest fait connatre comme un ennemi irrligieux, immoral et dangereux de la lgitimit. Mais Stendhal continue aimer lItalie et crit un ouvrage qui tmoigne de son intrt croissant pour la capitale italienne, les Promenades dans Rome qui paraissent en 1829 et rencontrent un succs assez important, notamment par rapport lchec des prcdents ouvrages. Dans La Vie de Henri Brulard Stendhal peut ainsi crire : En 1830, jtais devenu parfaitement heureux, enfin fort passablement heureux. Et, en effet, il frquente le monde de laristocratie, assouvissant par l ce quil appelait lui-mme avec distance sa ducomanie, savoir sa manie de rencontrer de grands personnages issus de la noblesse; il rencontre galement Victor Hugo grce Mrime, mais les deux hommes ne peuvent sentendre; enfin, il fait la connaissance de Giulia Rinieri, membre dune vieille famille toscane, avec qui il fait le projet de se marier, prouvant du bonheur aimer et tre aim par celle qui restera mme aprs son mariage avec un avocat en 1832 une fidle amie (et amante). Au fate de son succs en 1830, Stendhal va produire sa premire uvre romanesque majeure dont il a la premire ide la fin de lanne 1829, quil appelle alors Julien et qui sera finalement intitul Le Rouge et le Noir. En avril 1830, le livre est vendu En partenariat avec : Tous droits rservs Studyrama 2010 Fiche tlcharge sur www.studyrama.com 4

5 Fiche Cours N : 91029 FRANAIS Toutes sries LE TALENT CEST DAVOIR ENVIE lditeur Levavasseur afin quil en tire 1500 exemplaires. Mais la composition du livre est interrompue par la rvolution de 1830, ce dont tmoigne lavertissement de lditeur ou une note dans le corps du roman au chapitre VIII de la seconde partie: Cette feuille, compose le 25 juillet 1830, a t imprime le 4 aot. Il est dailleurs frappant de noter que la chronologie du Rouge et le Noir dborde sur les journes rvolutionnaires sans videmment les mentionner puisque le roman a t compos avant ces journes, alors que Stendhal, daprs son Journal, ne croyait pas la possibilit dune Rvolution. Le personnage de Julien est donc un personnage qui ne peut connatre la Rvolution, pour qui aucune solution extrieure lui-mme (dans lHistoire collective) ne peut exister. La chronique de 1830 quest Le Rouge et le Noir (cest le sous-titre choisi par Stendhal) est donc une chronique qui, au moment de sa parution la fin 1830, est dj date comme une chronique davant les vnements de juillet. Cependant, ce refus largement dict par les circonstances dintgrer compltement la destine du personnage un continuum historique est aussi ce qui fait lextrme force de luvre qui devient alors un roman du moi individuel cherchant se tracer un chemin propre, loppos du roman balzacien dont Illusions perdues est un exemple. Lorsque Le Rouge et le Noir parat, il rencontre un succs public et critique important. On parle de Stendhal et on parle de son livre. Les critiques se font entendre, quelquefois cinglantes, ainsi dans la Gazette de France:il est presque temps que M. de Stendhal change encore une fois de nom, et pour toujours de manire et de style, quelquefois positives comme chez Mrime, ironique envers les dtracteurs du livre: Il y a dans le caractre de Julien des traits atroces dont tout le monde sent la vrit, mais qui font horreur. Avec Le Rouge et le Noir, Stendhal refuse le roman moyengeux influenc par Walter Scott, ou le roman de salon quil avait tent de renouveler avec Armance. Pour la premire fois, il crit un roman quon peut qualifier de raliste, ce dont il semble avoir conscience ds 1805 lorsquil affirme dans son Journal: Il y a une manire dmouvoir qui est de montrer les faits, les choses, sans en dire leffet, qui peut tre employe par une me sensible. Stendhal consul, 1830-1836 Pendant quil crit et fait publier Le Rouge et le Noir, Stendhal cherche aussi obtenir une place de prfet, ou plus modestement de consul dans une ville italienne. Aprs une rponse ngative de Guizot alors ministre pour la Prfecture, Stendhal finit par tre nomm le 25 septembre 1830 Trieste, villedu nord de lItalie donnant sur la mer Adriatique ; il quitte Paris le 6 novembre 1830 pour rejoindre son poste. Nanmoins, il est toujours mis lindex par ladministration autrichienne qui, pour des raisons essentiellement politiques, refuse son accrditation Monsieur Bayle de Stendhal. Ds lors, aprs quatre mois, Stendhal doit se rendre Civitavecchia, ville du Latium, sur la cte ouest de lItalie, o il est finalement nomm. Cest un poste beaucoup moins prestigieux, et lauteur du Rouge et le Noir se sent rapidement isol et suspect de toutes parts. En effet, Civitavecchia est un endroit idal pour un dbarquement de troupes sur le sol italien et Stendhal, qui a une rputation de libral, pourrait tre lagent dun renversement du pouvoir autrichien en place. De plus, Stendhal entretient de trs mauvais rapports avec son adjoint, le chancelier du consulat nomm Lysimaque Tavernier, qui fait tout pour lui rendre la tche difficile, noubliant pas de signaler les erreurs ou les manquements au devoir dont se rend coupable le consul. Et il est vrai que Stendhal ne se plat pas Civitavecchia. Il passe son temps Rome, ce qui lui vaut de frquents rappels lordre pour absentisme chronique au consulat. Il ne publie plus aucun livre jusquen 1836, estimant que la publication nest pas compatible avec le poste quil occupe. Cest seulement pendant son long cong de 1836 1839 que Stendhal recommencera publier. Comme on le devine, Stendhal nest pas toujours un fonctionnaire satisfaisant: schappant Rome ds que loccasion se prsente (la capitale italienne est alors 80km de Civitavecchia, et Stendhal y loue un appartement), il est reu la Villa Mdicis par Horace Vernet puis par Ingres, son successeur. Il frquente les libraux Rome mais aussi Civitavecchia o il se lie damiti avec lantiquaire Donato Bucci qui deviendra son excuteur testamentaire aprs sa mort. Pourtant, il mne bien une importante mission Ancne au dbut de lanne 1832 en organisant le dbarquement dune flotte franaise. Mais quelques annes plus tard, en 1835, il enverra une lettre chiffre son ministre le duc de Broglie en mettant dans la mme enveloppe que le message le chiffre servant la dcrypter. Sa situation voluera sans cesse au gr des ministres qui le menacent ou au contraire le saluent. Cest ainsi quil reoit le grade de Chevalier de la Lgion dhonneur en fvrier 1835, alors que la vie au consulat est rendue trs difficile par le chancelier et que le consul a dcid de se foutre carrment de tout (sic). Si Stendhal se tient sa dcision de ne plus publier douvrages, il nen crit pas moins, dabord des crits autobiographiques, les Souvenirs dgotisme et La Vie de Henri Brulard dont le commencement est fictivement dat du 16 octobre 1832, et o il tente de faire un premier bilan de sa vie, de lui donner un sens, den dire les russites et les checs. Il ne terminera pas cet ouvrage qui sera publi aprs sa mort en 1890 et qui reste un exemple frappant dautobiographie moderne, vritable interrogation sur le fait dcrire sa vie. En 1834, il commence Lucien Leuwen quil nachvera pas non plus et dont il termine seulement les deux premires parties, racontant les dbuts de Lucien Nancy puis Paris. Pendant ce temps, Paris, les gouvernements se font et se dfont, et Stendhal peine obtenir un cong pour revenir dans la capitale franaise o il a cependant pass quelques mois la fin de 1833. Il a pu mesurer le changement de ton des romantiques qui, prsent conduits par Victor Hugo et Alexandre Dumas, approfondissent la victoire remporte lors de la bataille dHernani. Cest seulement en 1836, le 26 mars, quil apprend que sa demande de cong est accepte; il abandonne alors Civitavecchia et retourne Paris pour trois annes qui seront dterminantes pour son uvre. En partenariat avec : Tous droits rservs Studyrama 2010 Fiche tlcharge sur www.studyrama.com 5

6 Fiche Cours N : 91029 FRANAIS Toutes sries LE TALENT CEST DAVOIR ENVIE Finir son uvre et sa vie, 1836-1842 Stendhal profite de son cong Paris de 1836 1839, puis retourne son poste de novembre 1839 septembre 1841 lorsquil obtient un nouveau cong. Ds son retour en France, Stendhal semploie vendre les Mmoires dun touriste, ainsi que plusieurs nouvelles quon recueillera plus tard dans louvrage improprement intitul Chroniques italiennes. Ces nouvelles proviennent en fait dune bibliothque de la famille Caetani Rome, que Stendhal avait pu frquenter, et o il avait trouv des archives qui lavaient vivement intress, les traduisant et les remaniant avant leur publication dans La Revue des deux mondes. Il renoue par l avec le genre des histoires tragiques, que ce soit celles de Bandello en Italie ou celles de Boistuau en France, genre de la concision et du fait nonc dans sa vrit et sa brutalit, et tournant souvent autour dune ou de plusieurs morts tragiques. Il publie dabord Vittoria Accorambon, Les Cenci, La Duchesse de Palliano et enfin LAbbesse de Castro, rcit presque entirement invent par Stendhal et qui a de nombreux points communs avec La Chartreuse de Parme malgr la concision impose par la forme mme du rcit. Pendant ce temps, part ses amis Mrime et Delacroix, Stendhal frquente celle qui sera la future impratrice, pouse de Napolon III, Eugnie de Montijo, qui a dix ans en 1837; il lui raconte des anecdotes plus ou moins vraies sur Napolon et sur ses propres rencontres avec lempereur qui la tant marqu. Le 4 novembre 1838, il ferme sa porte du 8 rue de Caumartin toutes ses frquentations, et lui, qui sest toujours plaint de ne pas avoir dimagination, dans une sorte de flamboyante apothose, compose et dicte La Chartreuse de Parme pendant cinquante- deux jours au rythme de vingt-deux ou vingt-quatre pages par jour. Dans sa biographie, Michel Crouzet cite mme une anecdote de Romain Colomb, un proche ami de Stendhal, qui aurait t tmoin de la perte par lauteur des soixante pages de lpisode de la prison dans La Chartreuse de Parme. Nullement affect par cette perte, Stendhal aurait alors simplement recommenc ces soixante pages, sans jeter un il la version prcdente; par la suite, les soixante pages manquantes furent retrouves. Lorsque La Chartreuse de Parme parat en 1839, le livre passe assez inaperu, sauf de Balzac qui crit un article enthousiaste au premier abord, mais contenant tout de mme quelques critiques que Stendhal ne cessera de ruminer durant la fin de sa vie, et qui montrent que Balzac na pas forcment compris le style et loriginalit profonde de lcriture stendhalienne. Nanmoins, il est le premier reconnatre que La Chartreuse de Parme est un livre o le sublime clate de chapitre en chapitre. Aprs La Chartreuse de Parme Stendhal rdige encore deux chroniques intitules Trop de faveur tue et Suora Scolastica quil dicte encore le matin de sa mort. Le retour Civitavecchia en novembre 1839, aprs un passage Sienne pour rendre visite Giulia Rinieri qui ne la pas oubli, est plutt plac sous le signe de lapaisement. Amoureux pour la dernire fois dune Earline qui est en fait Giulia Cini, notre auteur semble prendre avec philosophie et dtachement les tracas du consulat et le relatif ennui qui prsident au sjour Civitavecchia. Stendhal tente de rpondre larticle de Balzac, partag entre la reconnaissance pour les loges et la volont de se dfendre des critiques; il dbute Lamiel, roman quil ne terminera pas, et rdige son dernier testament, aprs avoir pass sa vie dans la hantise de la mort et rdig bon nombre de testaments avant celui-ci. Il y lgue ses manuscrits rests Civitavecchia son ami Bucci qui le premier se prendra de passion pour Stendhal et tentera de dchiffrer les annotations que lauteur crivait en marge des ouvrages. Atteint de maladie, Stendhal est frapp dune crise dapoplexie en mars 1841 qui le laisse trs affaibli, et finit par profiter dun cong accord en septembre 1841. De retour Paris, il travaille Lamiel et Suora Scolastica mais est frapp dune nouvelle attaque dapoplexie en pleine rue le 22 mars 1842. Cest Romain Colomb, un de ses plus vieux amis qui le retrouve quelques minutes plus tard; malheureusement, tous les soins des mdecins sont impuissants et Stendhal meurt dans la nuit deux heures du matin sans avoir repris connaissance, 59 ans. Il est enterr au Cimetire Montmartre, et est grave sur sa tombe lpitaphe quil avait demande: Scrisse, amo, visse, qui place sa vie (visse) sous le double signe de lcriture (scrisse) et de lamour (amo). Son enterrement est sans clat, et cest plus tard que les lettrs et le grand public redcouvriront Stendhal, son uvre protiforme et toujours changeante, quils essayeront aussi de mieux percer lhomme qui se cachait sous les nombreux masques quil inventait, confirmant ainsi sa prophtie, puisquil annonait: Je serai connu en 1880. Je serai compris en 1930. En partenariat avec : Tous droits rservs Studyrama 2010 Fiche tlcharge sur www.studyrama.com 6

Load More